16 types de piratage et de prévention les plus courants

Voici un aperçu des types de piratage les plus courants et comment les prévenir. Trouvez également des réponses aux questions courantes sur le sujet.

L'un des plus gros problèmes de cette ère dominée par Internet est la sûreté et la sécurité. Les pirates sont toujours à la recherche d'exploits et de moyens de tirer parti des failles de sécurité pour attaquer. Dans cet article, nous examinerons les types de piratage les plus courants et comment vous pouvez vous protéger.

Qu'est-ce que le piratage ?

Le piratage fait référence à la pratique consistant à obtenir un accès non autorisé à un ordinateur ou à un réseau afin de voler, modifier ou détruire des données ou des informations.

Les pirates utilisent diverses techniques et outils pour accéder aux systèmes et aux réseaux, et il existe de nombreux types de piratage qu'ils peuvent utiliser.

Types de piratage les plus courants et prévention

Voici quelques-uns des types de piratage les plus courants :

1. Malware

Malware, abréviation de logiciel malveillant, est un terme utilisé pour décrire tout logiciel conçu pour endommager ou exploiter un système informatique. Il existe de nombreux types de logiciels malveillants, notamment les virus, les rançongiciels, les logiciels espions et les logiciels publicitaires. Les logiciels malveillants se propagent souvent par le biais de pièces jointes à des e-mails ou de liens vers des sites Web malveillants.

Une fois qu'un ordinateur a été infecté par un logiciel malveillant, il peut être utilisé pour effectuer un large éventail d'activités malveillantes. Par exemple, les logiciels malveillants peuvent être utilisés pour voler des informations sensibles, telles que des identifiants de connexion ou des informations financières, ou pour lancer des attaques sur d'autres systèmes informatiques. Les logiciels malveillants peuvent également être utilisés pour désactiver ou perturber le fonctionnement normal d'un ordinateur, ou pour extorquer de l'argent à la victime en cryptant ses fichiers et en exigeant un paiement en échange de la clé de décryptage.

Pour se protéger contre les logiciels malveillants, il est important d'utiliser un logiciel de sécurité régulièrement mis à jour pour se protéger contre les dernières menaces. De plus, les utilisateurs doivent être prudents lorsqu'ils ouvrent des pièces jointes à des e-mails ou cliquent sur des liens provenant de sources inconnues, et doivent éviter de télécharger des logiciels à partir de sites Web non fiables. En suivant ces étapes simples, les particuliers et les organisations peuvent réduire considérablement leur risque d'être victime d'une attaque de logiciel malveillant.

2. Phishing

Un piratage par hameçonnage est un type de cyberattaque dans lequel l'attaquant tente d'inciter la victime à fournir des informations sensibles, telles que des identifiants de connexion ou des informations financières, en se faisant passer pour une entité digne de confiance. Cela se fait généralement par e-mail, sur les réseaux sociaux ou sur d'autres plateformes en ligne.

L'attaquant peut utiliser un faux site Web ou une fausse adresse e-mail qui semble légitime afin de tromper la victime. Une fois que la victime a saisi ses informations sensibles, l'attaquant peut alors les utiliser à ses propres fins malveillantes, telles que le vol d'identité ou la fraude financière.

Les meilleurs moyens de se protéger contre le phishing doivent toujours recouper et s'assurer que vous naviguez sur un site Web authentique, éviter d'ouvrir des e-mails non sollicités et utiliser une authentification à deux facteurs. Et n'oubliez jamais de vérifier l'e-mail de l'expéditeur pour vous assurer qu'il est officiel.

3. Injection SQL

L'injection SQL est un type de cyberattaque dans laquelle un attaquant injecte un code malveillant dans la base de données d'un site Web, lui permettant d'accéder, de modifier ou de supprimer des informations sensibles. Cela se fait généralement en ajoutant du code malveillant dans les champs de saisie de l'utilisateur, comme un formulaire de connexion, afin de tromper le site Web pour qu'il exécute le code comme s'il était légitime.

Pour se protéger contre les attaques par injection SQL, il est important de valider et de nettoyer correctement toutes les entrées utilisateur avant de les transmettre à la base de données. Cela peut être fait à l'aide d'instructions préparées ou de requêtes paramétrées, qui garantissent que l'entrée est traitée comme des données plutôt que comme du code. Il est également important d'utiliser des mots de passe forts et uniques pour la base de données et de mettre régulièrement à jour les logiciels et les correctifs de sécurité du site Web.

4. L'homme du milieu (MITM)

Un hack man-in-the-middle (MITM) est un type de cyberattaque dans lequel l'attaquant intercepte et modifie les communications entre deux parties. Cela se fait généralement en positionnant l'appareil de l'attaquant entre les deux parties et en redirigeant leurs communications via l'appareil de l'attaquant. Cela permet à l'attaquant de voir et potentiellement de modifier les communications entre les deux parties à leur insu.

Les attaques MITM peuvent être difficiles à détecter, car les parties impliquées dans la communication peuvent ne pas se rendre compte que leurs messages sont interceptés et modifiés.

Pour se protéger contre les attaques MITM, il est important d'utiliser le chiffrement et les protocoles de communication sécurisés dans la mesure du possible.

Cela rend beaucoup plus difficile pour un attaquant d'intercepter et de modifier la communication sans être détecté. Il est également important d'être prudent lorsque vous utilisez des réseaux Wi-Fi publics et d'éviter d'accéder à des informations sensibles via des connexions non sécurisées.

5. Déni de service (DoS)

Une attaque par déni de service (DoS) est un type de cyberattaque dans laquelle l'attaquant tente de rendre un site Web ou une ressource réseau indisponible pour les utilisateurs.

Cela se fait généralement en submergeant le site Web ou le réseau de trafic, empêchant ainsi les utilisateurs légitimes d'accéder à la ressource. Les attaques DoS peuvent être très perturbatrices et causer des dommages financiers importants aux organisations concernées.

Pour se protéger contre les attaques DoS, il est important de mettre en place des mesures de sécurité réseau robustes, telles que des pare-feu et des systèmes de détection d'intrusion. Ceux-ci peuvent aider à identifier et à bloquer le trafic suspect avant qu'il ne submerge le site Web ou le réseau.

Il est également important de disposer d'une bande passante et d'une infrastructure adéquates pour gérer de grandes quantités de trafic, car cela peut aider à éviter que le site Web ou le réseau ne soit submergé. La mise à jour régulière des logiciels et des correctifs de sécurité peut également aider à se protéger contre les attaques DoS, car celles-ci peuvent souvent exploiter les vulnérabilités de logiciels obsolètes.

6. Déni de service distribué (DDoS)

Une attaque par déni de service distribué est similaire à une attaque DoS, mais elle implique l'utilisation de plusieurs ordinateurs ou périphériques pour générer le trafic.

L'attaquant utilise plusieurs appareils, souvent répartis sur différents emplacements, pour attaquer simultanément un site Web ou une ressource réseau.

Cela permet à l'attaquant de générer une quantité de trafic beaucoup plus importante que ce qui serait possible avec un seul appareil, ce qui rend plus difficile la défense du site Web ou du réseau contre l'attaque. Les attaques DDoS peuvent être très perturbatrices et causer des dommages financiers importants aux organisations concernées.

Pour se protéger des attaques DDoS, vous devez disposer de bonnes mesures de sécurité réseau, telles que des pare-feu et des systèmes de détection d'intrusion. Ceux-ci peuvent aider à identifier et à bloquer le trafic suspect avant qu'il ne submerge le site Web ou le réseau.

Il est également important de disposer d'une bande passante et d'une infrastructure adéquates pour gérer de grandes quantités de trafic, car cela peut aider à éviter que le site Web ou le réseau ne soit submergé.

De plus, l'utilisation d'un service de protection DDoS peut aider à absorber et à dévier le trafic entrant, ce qui rend beaucoup plus difficile la réussite de l'attaquant. Un bon exemple est Cloudflare.

7. Craquage de mot de passe

Le craquage de mot de passe est une technique utilisée par les attaquants pour obtenir un accès non autorisé à un système informatique ou à un compte en ligne. Cela se fait généralement en utilisant un logiciel spécialisé pour deviner ou "déchiffrer" le mot de passe, soit en essayant une liste prédéterminée de mots de passe courants, soit en utilisant des méthodes plus avancées, telles que des attaques par dictionnaire ou des attaques par force brute.

Pour se protéger contre le piratage de mot de passe, il est important d'utiliser des mots de passe forts et uniques pour chacun de vos comptes. Cela signifie utiliser un mélange de lettres majuscules et minuscules, de chiffres et de caractères spéciaux, et éviter d'utiliser des mots ou des phrases courants.

C'est également une bonne idée d'utiliser un gestionnaire de mots de passe pour vous aider à générer et à stocker des mots de passe forts et uniques. De plus, changer régulièrement vos mots de passe peut aider à protéger davantage vos comptes, car cela rend plus difficile pour les attaquants de déchiffrer votre mot de passe à l'aide de listes prédéterminées ou d'autres méthodes.

8. Exploit du jour zéro

Un exploit zero-day est un type de cyberattaque qui tire parti d'une vulnérabilité jusque-là inconnue dans un système informatique ou une application logicielle. Cela signifie que la vulnérabilité n'a pas été divulguée publiquement ou corrigée, et que le système ou l'application est donc vulnérable aux attaques. Les exploits zero-day peuvent être particulièrement dangereux, car ils peuvent être difficiles à détecter et peuvent permettre à l'attaquant d'accéder au système ou à l'application à l'insu de l'utilisateur.

Pour se protéger contre les exploits zero-day, il est important de maintenir tous vos logiciels et systèmes à jour avec les derniers correctifs de sécurité.

Cela peut aider à fermer toutes les vulnérabilités connues et rendre plus difficile leur exploitation par les attaquants. Il est également important d'utiliser des logiciels de sécurité, tels que des systèmes antivirus et de détection d'intrusion, pour aider à identifier et à bloquer les exploits potentiels du jour zéro.

De plus, la sauvegarde régulière de vos données peut aider à minimiser l'impact d'un exploit zero-day réussi, car vous pourrez restaurer vos données à partir de la sauvegarde si nécessaire.

9. Appât et interrupteur

L'appât et le changement sont une tactique d'escroquerie courante dans laquelle l'attaquant attire la victime dans une situation avec la promesse de quelque chose d'attrayant, mais change ensuite les termes de l'accord à la dernière minute au détriment de la victime. Cela peut se faire de différentes manières, mais le fil conducteur est que la victime est trompée en lui faisant croire qu'elle obtient une chose, alors qu'en fait elle obtient tout autre chose.

Un exemple d'escroquerie d'appât et de changement est une fausse offre d'emploi. L'attaquant peut annoncer un emploi bien rémunéré avec d'excellents avantages, mais lorsque la victime se présente à l'entretien, on lui dit que l'emploi est en fait basé sur une commission et que les avantages ne sont pas aussi bons qu'annoncés. Un autre exemple est une fausse vente en ligne, dans laquelle l'attaquant fait la publicité d'un produit à un prix très réduit, mais lorsque la victime essaie d'acheter le produit, on lui dit qu'il est en rupture de stock et on lui propose à la place un produit plus cher.

Pour se protéger contre les appâts et les interrupteurs escroqueries, il est important de se méfier des offres qui semblent trop belles pour être vraies. Faites toujours vos recherches et vérifiez la légitimité de l'offre avant de donner des informations personnelles ou d'envoyer de l'argent.

C'est aussi une bonne idée de se méfier des offres non sollicitées, en particulier celles qui arrivent par e-mail ou sur les réseaux sociaux, car elles sont souvent utilisées par les attaquants pour cibler les victimes. Si vous soupçonnez que vous êtes peut-être tombé dans le piège d'une escroquerie d'appât et de changement, contactez les autorités compétentes et prenez des mesures pour protéger vos informations personnelles.

Le vol de cookies, également connu sous le nom de détournement de session, est un type de cyberattaque dans lequel l'attaquant vole le cookie de session de connexion de la victime et l'utilise pour obtenir un accès non autorisé aux comptes en ligne de la victime. Les cookies sont de petits éléments de données qui sont envoyés d'un site Web au navigateur Web de l'utilisateur et stockés sur l'ordinateur de l'utilisateur. Ils sont souvent utilisés pour stocker des informations de connexion, afin que l'utilisateur n'ait pas à saisir son nom d'utilisateur et son mot de passe à chaque fois qu'il visite le site Web.

Pour voler un cookie, l'attaquant doit d'abord trouver un moyen d'accéder à l'ordinateur de la victime, par exemple en envoyant à la victime une pièce jointe malveillante ou en exploitant une vulnérabilité dans le navigateur Web de la victime. Une fois que l'attaquant a accès à l'ordinateur de la victime, il peut rechercher le cookie de session de connexion et copier sa valeur. Ils peuvent ensuite utiliser cette valeur pour se faire passer pour la victime et accéder aux comptes de la victime.

Pour se protéger contre le vol de cookies, il est important d'utiliser des mots de passe forts et uniques pour chacun de vos comptes en ligne et d'éviter d'utiliser le même mot de passe sur plusieurs comptes. De plus, vous devez régulièrement mettre à jour votre navigateur Web et d'autres logiciels, car cela peut aider à vous protéger contre les vulnérabilités que les attaquants pourraient tenter d'exploiter. Enfin, vous devez être prudent lorsque vous accédez à vos comptes en ligne sur des réseaux Wi-Fi publics, car ceux-ci peuvent être facilement surveillés par des attaquants.

11. Le détournement de clic

Le détournement de clic est un type de cyberattaque dans lequel l'attaquant incite la victime à cliquer sur un bouton ou un lien qui a une fonction différente de celle à laquelle la victime s'attend. Cela se fait généralement en utilisant des images transparentes ou superposées pour masquer la véritable destination du bouton ou du lien.

Par exemple, l'attaquant peut placer une image transparente d'un bouton "jouer" sur un lien vers un site Web malveillant, faisant croire à la victime qu'elle clique sur un lecteur vidéo alors qu'en fait elle visite le site Web malveillant.

Pour se protéger contre le détournement de clic, il est important d'être prudent lorsque vous cliquez sur des boutons ou des liens, en particulier ceux qui proviennent de sources inconnues ou non fiables. Vous devez également éviter de cliquer sur des liens ou des boutons qui semblent déplacés ou qui ne semblent pas correspondre au contenu de la page.

De plus, vous pouvez utiliser des plug-ins ou des extensions de navigateur Web qui peuvent aider à identifier et à bloquer les tentatives potentielles de détournement de clic. Enfin, vous devez régulièrement mettre à jour votre navigateur Web et d'autres logiciels pour vous assurer que vous disposez des derniers correctifs de sécurité et protections contre le détournement de clics et autres cyberattaques.

12. Enregistreur de frappe

Un enregistreur de frappe est un type de logiciel ou de matériel qui enregistre les touches enfoncées sur un clavier. Ces informations peuvent ensuite être utilisées par un attaquant pour connaître les identifiants de connexion, les mots de passe et d'autres informations sensibles d'une personne. Les enregistreurs de frappe peuvent être installés sur l'ordinateur d'une personne à son insu, souvent par l'utilisation de logiciels malveillants ou d'autres logiciels malveillants.

Pour se protéger contre les attaques de keylogger, il est important d'utiliser des mots de passe forts et uniques pour chacun de vos comptes en ligne et d'éviter d'utiliser le même mot de passe sur plusieurs comptes.

De plus, vous devez régulièrement mettre à jour votre logiciel antivirus et exécuter des analyses pour identifier et supprimer tout logiciel malveillant ou autre logiciel malveillant susceptible d'être installé sur votre ordinateur. Vous pouvez également utiliser un clavier virtuel pour entrer vos mots de passe, car cela peut rendre plus difficile pour un enregistreur de frappe de capturer vos frappes.

Enfin, vous devez être prudent lorsque vous téléchargez et installez des logiciels à partir de sources inconnues ou non fiables, car cela peut souvent être un moyen pour les attaquants d'installer des enregistreurs de frappe sur votre ordinateur.

13. Attaque de porte dérobée

Une porte dérobée est un point d'entrée caché dans un système informatique ou une application logicielle qui est intentionnellement créé par le développeur. Ce point d'entrée peut être utilisé pour accéder au système ou à l'application sans passer par les processus d'authentification habituels.

Les portes dérobées sont souvent utilisées par les développeurs pour se donner un moyen d'accéder au système ou à l'application en cas d'urgence, mais elles peuvent également être exploitées par des attaquants pour obtenir un accès non autorisé.

Pour se protéger contre les attaques de porte dérobée, il est important de mettre régulièrement à jour votre logiciel et votre système d'exploitation pour vous assurer que toutes les portes dérobées connues sont fermées. Vous devez également utiliser un logiciel de sécurité, tel qu'un antivirus et un système de détection d'intrusion, pour identifier et bloquer toute tentative d'accès au système ou à l'application via une porte dérobée.

De plus, vous devez être prudent lorsque vous téléchargez et installez des logiciels à partir de sources inconnues ou non fiables, car cela peut souvent être un moyen pour les attaquants d'installer des portes dérobées sur votre système. Enfin, vous devez éviter d'utiliser des logiciels ou des applications qui ont des portes dérobées connues ou suspectées, car cela peut rendre votre système ou vos données vulnérables aux attaques.

14. Attaque par force brute

Une attaque par force brute est un type de cyberattaque dans laquelle l'attaquant essaie de deviner un mot de passe ou d'autres identifiants de connexion en essayant systématiquement toutes les combinaisons possibles de caractères. Cela se fait généralement à l'aide d'un logiciel spécialisé capable de générer et d'essayer automatiquement un grand nombre de combinaisons en peu de temps. Les attaques par force brute peuvent être efficaces, mais elles peuvent aussi prendre du temps et être détectées par les systèmes de sécurité.

Pour se protéger des attaques par force brute, il est important d'utiliser des mots de passe forts et uniques pour chacun de vos comptes en ligne. Cela signifie utiliser un mélange de lettres majuscules et minuscules, de chiffres et de caractères spéciaux, et éviter d'utiliser des mots ou des phrases courants.

C'est également une bonne idée d'utiliser un gestionnaire de mots de passe pour vous aider à générer et à stocker des mots de passe forts et uniques. De plus, changer régulièrement vos mots de passe peut aider à protéger davantage vos comptes, car cela rend plus difficile pour les attaquants de déchiffrer votre mot de passe en utilisant des méthodes de force brute.

Enfin, vous devez être prudent lorsque vous entrez vos informations de connexion sur des sites Web inconnus ou non fiables, car ceux-ci peuvent être plus susceptibles d'être ciblés par des attaques par force brute.

15. Usurpation DNS

L'usurpation de DNS, également connue sous le nom d'empoisonnement du cache DNS, est un type de cyberattaque dans laquelle l'attaquant trompe un serveur DNS (Domain Name System) en dirigeant les utilisateurs vers un site Web malveillant au lieu du site Web prévu. Cela se fait généralement en envoyant au serveur DNS de faux enregistrements DNS qui associent le site Web malveillant au nom de domaine du site Web prévu. Lorsqu'un utilisateur tente de visiter le site Web prévu, le serveur DNS l'envoie plutôt au site Web malveillant, ce qui permet à l'attaquant de potentiellement voler des informations sensibles ou d'infecter l'appareil de l'utilisateur avec un logiciel malveillant.

Pour se protéger contre les attaques d'usurpation de DNS, il est important d'utiliser des serveurs DNS sécurisés qui sont moins sensibles aux tentatives d'usurpation. Vous pouvez également utiliser des services de filtrage DNS, qui peuvent aider à identifier et à bloquer les sites Web malveillants en comparant leurs enregistrements DNS à des sites Web sûrs connus.

De plus, vous devez régulièrement mettre à jour votre système d'exploitation et d'autres logiciels pour vous assurer que vous disposez des derniers correctifs de sécurité et protections contre l'usurpation DNS et autres cyberattaques. Enfin, vous devez être prudent lorsque vous saisissez des informations sensibles, telles que des identifiants de connexion ou des informations financières, sur des sites Web inconnus ou non fiables, car ceux-ci peuvent être plus susceptibles d'être ciblés par des attaques d'usurpation DNS.

16. Publicité malveillante

La publicité malveillante est un type de cyberattaque dans laquelle l'attaquant utilise des réseaux publicitaires pour diffuser des publicités malveillantes aux utilisateurs. Ces publicités peuvent contenir du code caché qui, en cas de clic ou d'interaction, peut télécharger des logiciels malveillants sur l'appareil de l'utilisateur ou les rediriger vers un site Web malveillant. La publicité malveillante peut être difficile à détecter, car les publicités semblent souvent légitimes et sont diffusées via des réseaux publicitaires de confiance.

Pour se protéger contre les attaques de publicité malveillante, il est important d'utiliser des réseaux publicitaires réputés et dignes de confiance, car ils sont moins susceptibles d'être utilisés pour diffuser des publicités malveillantes. Vous devez également mettre régulièrement à jour votre navigateur Web et d'autres logiciels pour vous assurer que vous disposez des derniers correctifs de sécurité et protections contre les publicités malveillantes et autres cyberattaques.

De plus, vous devez être prudent lorsque vous cliquez sur des publicités, en particulier celles qui proviennent de sources inconnues ou non fiables, car elles sont plus susceptibles de contenir du code malveillant. Enfin, vous devez utiliser un logiciel de sécurité, tel qu'un antivirus et un système de détection d'intrusion, pour vous aider à identifier et à bloquer les tentatives potentielles de publicité malveillante.

Conclusion

Dans l'ensemble, ce sont quelques-uns des types de piratage les plus courants utilisés par les attaquants pour accéder aux systèmes et aux réseaux. Il est important que les individus et les organisations soient conscients de ces types d'attaques et prennent des mesures pour s'en protéger.

Foire aux questions (FAQ)

Quels sont les différents types de pirates ?

Il existe plusieurs types de hackers différents, chacun avec ses propres motivations et méthodes. Certains types courants de pirates informatiques incluent :

1. Pirates du chapeau blanc, qui sont des hackers éthiques qui utilisent leurs compétences pour identifier et aider à corriger les vulnérabilités des systèmes informatiques.

2. Les pirates au chapeau noir, qui sont des criminels qui utilisent leurs compétences de piratage à des fins personnelles ou pour causer du tort.

3. Les hackers du chapeau gris, qui se situent quelque part entre les hackers white hat et black hat, et peuvent utiliser leurs compétences à la fois pour de bonnes et de mauvaises fins.

4. Script pour enfants, qui sont des pirates inexpérimentés qui utilisent des outils et des scripts préexistants pour mener des attaques, souvent sans comprendre leur fonctionnement.

5. Les pirates de l'État-nation, qui sont parrainés par les gouvernements pour mener des opérations de cyberespionnage ou de cyberguerre.

Bien que tous les pirates utilisent des techniques similaires, leurs motivations et leurs objectifs peuvent être très différents. Certains pirates peuvent être motivés par l'argent, tandis que d'autres peuvent être motivés par des convictions politiques ou idéologiques. D'autres encore peuvent être motivés par le défi de s'introduire dans un système ou par la notoriété qui accompagne le succès d'un pirate informatique.

Quels types de piratage sont légaux ?

Le piratage éthique, également connu sous le nom de piratage White Hat, est effectué légalement.

En dehors du piratage éthique, en général, le piratage est illégal. Le piratage est l'accès non autorisé ou le contrôle d'un ordinateur ou d'un réseau. Il s'agit d'une infraction pénale qui peut entraîner des sanctions sévères, telles que des amendes et des peines d'emprisonnement.

Editorial Staff

Equipe de rédaction

L'équipe éditoriale est composée d'experts apportant leur expertise pour responsabiliser les lecteurs de TargetTrend. Suivez sur Twitter via @TargetTrend

Articles : 17

Recevez des trucs techno

Tendances technologiques, tendances de démarrage, avis, revenus en ligne, outils Web et marketing une ou deux fois par mois

Laissez un commentaire

Votre adresse email n'apparaitra pas. Les champs obligatoires sont marqués *